Une rentrée improvisée ? Ou un Ministre totalement inconscient ?

Alors que le 27 juillet le conseil scientifique indique qu’une seconde vague est hautement probable, le seul texte qui met en place la rentrée est le protocole du 9 juillet 2020.

Ce protocole sanitaire réduit à peau de chagrin n’a qu’un seul objectif : accueillir tou-te-s les élèves dans toutes les écoles et tous établissements scolaires :

Ainsi, « la distanciation physique n’est plus obligatoire [dans les salles de cours, ateliers, bibliothèques, réfectoires, cantines…] lorsqu’elle n’est pas matériellement possible ou qu’elle ne permet pas d’accueillir la totalité des élèves. »

De plus, le port du masque n’est plus obligatoire pour les personnels dans les cours à l’école maternelle et lorsqu’une distance d’au moins un mètre est effectuée à l’école élémentaire. Pour les collégien-ne-s et les lycéen-ne-s le port du masque est aléatoire dépendant là aussi de la possibilité ou non du respect des 1 mètre.

Troisièmement, la limitation du brassage des élèves n’est plus obligatoire ni dans les établissements scolaires et écoles, ni dans les transports scolaires. Cette limitation est laissée à la charge et à l’appréciation de chaque établissement et école qui doit faire au mieux.

Pour finir, l’accès aux jeux extérieurs et aux matériels pédagogiques est autorisé sans restriction.

Alors que dans d’autres pays comme l’Italie, des mesures sans précédents ont été prises avec la création de 50 000 postes supplémentaires et la réduction des effectifs par classe, en France ? Le ministre continue à augmenter les effectifs par classe déjà très élevés et à supprimer des postes. Alors que cette crise sanitaire a montré les manques importants en termes de personnels, de matériels, de locaux… Blanquer fait l’aveugle et ne donne aucun moyen afin de préparer au mieux la rentrée.

La CGT Educ’Action dénonce l’irresponsabilité du gouvernement qui refuse de prendre des mesures nécessaires pour assurer une rentrée dans les meilleures conditions possibles, mais aussi elle dénonce la mise en danger des personnels et des élèves.

Que doivent faire les personnels et élèves vulnérables ? Que doivent faire ceux et celles vivant avec les personnes vulnérables ?

C’est le flou. La CGT éduc’action demande que les personnes vulnérables ou vivant avec des personnes vulnérables soient placées en télétravail (avec les moyens afférents) ou en autorisation spéciale d’absence lorsque celui-ci n’est pas possible.

La CGT Edu’Action a donc déjà écrit un courrier au recteur de l’académie de Clermont afin d’obtenir des réponses. Elle se montra extrêmement vigilante sur l’évolution de la situation sanitaire et appelle tou-te-s les personnels à protéger leur santé et leur sécurité sur leur(s) lieu(x) de travail en s’emparant des outils qui sont à leur disposition (RRS, cf le lien).

La CGT Educ’Action revendique :

– La réduction des effectifs par classe afin de garantir la distanciation physique et la création de tous les postes nécessaires

– Le recrutement massif de personnels médico-sociaux

– L’agrandissement des locaux avec des constructions d’extensions, d’implantation d’algéco, la création de nouvelles écoles et établissements scolaires et/ou l’ouverture les écoles fermées les années précédentes

– La gratuité des masques pour tou-te-s les élèves

– La mise en place de tests dans les établissements scolaires

– Le financement des collectivités pour aménager les locaux et les aider à recruter du personnel d’entretien, de cantine et des ATSEM.

En l’état, la CGT éduc’action de l’académie de Clermont-Ferrand craint une rentrée sous le signe du flou de l’impréparation qui mettrait les élèves, les travailleuses et les travailleurs en danger.