A quelle sauce Macron veut-il nous manger ?

E. Macron envisage de faire travailler davantage les professeurs. Il prévoit plusieurs systèmes de rémunération en fonction de l’investissement de chacun : remplacement, travail sur le temps périscolaire, accompagnement encore plus personnalisé, projets divers et variés au bon vouloir des chefs d’établissement, formation pendant les congés… Il envisage aussi de monter les parents contre les professeurs en mettant en place des évaluations publiques de chaque classe. Il avance toujours plus vers un statut de chef d’établissement manager qui choisira son équipe pédagogique en fonction des projets qu’il souhaite mener. (Lire : Le modèle de Macron, c’est celui de l’enseignement privé – Libération, 18 mars 2022).

Tout était inscrit dans le Grenelle de l’Éducation, où très peu de profs étaient présents… Retrouver notre analyse du grenelle et les 12 Engagements du ministère :

Tous les travaux sur la rémunération des professeurs au mérite montrent que l’engagement de la personne n’est pas indexée sur le salaire, même si c’est une dimension de reconnaissance. D’ailleurs dans les pays où cette méthode est appliquée (Etats-Unis et Royaume Uni), ça ne fonctionne pas ! Les inégalités n’ont jamais été aussi grandes. Et certains pays comme le Canada en reviennent.

Les salaires des enseignants sont insuffisants, car ce sont des catégories A mais ils ne sont pas payés comme tel. Et que dire des différences avec le privé !

Retrouvez notre dossier spécial du Lacharem Pas 4 : En attendant le dégel du point d’indice, comment les profs dégringolent de l’échelle sociale.

Et un article de FranceInfoTv sur l’évolution des salaires des enseignants.

Non, l’enseignement n’est pas (n’est plus ?) une priorité de nos gouvernants. Le Grenelle de l’éducation, la gestion du Covid, les conditions de travail… Ce n’est pas un hasard s’il y a une baisse significative du nombre de candidats au concours et une augmentation des demandes de ruptures conventionnelles sans précédent. Le ministère ne tient pas compte des changements à opérer pour sauver notre service public de l’éducation et se refuse à mettre les moyens nécessaires pour y parvenir. En témoigne cette infographie du Sénat :

Sur le même sujet…