AED en grève mardi 1er décembre, journée vie scolaire morte ! Avec le soutien de CGT Educ’action Allier et SUD Education Allier

Nous, assistant.es d’éducation (AED) exerçons des missions qui sont indispensables au fonctionnement des établissements scolaires. Pourtant nous faisons partie des exceptions de l’Education Nationale : parmi les rares à être engagé.es en CDD, au salaire minimum.
Les établissements, déjà sous dotés en moyens AEd et sous dotés par ailleurs, utilisent ces précaires sur des missions de plus en plus diversifiées et qui devraient être remplies par des titulaires au statut et armé.es de la la formation nécessaire.
D’autre part, si nous sommes un rouage indispensable des établissements, alors il est parfaitement anormal de ne pouvoir exercer notre emploi plus de 6 ans et d’être embauché.e sur des CDD de 1 an. Le changement permanent des effectifs est nocif car cela nous empêche d’assurer le suivi des élèves le long de leur scolarité mais aussi parce que nous sommes une main d’œuvre jetable dont le moindre acte revendicatif peut être motif de non-renouvellement du contrat

  Nous demandons

La titularisation de tous les personnels précaires de Vie scolaire, sans condition de concours ni de nationalité;

La création d’un vrai statut de personnel de vie scolaire, d’éducation et d’animation ayant des missions construites autour de l’encadrement et du suivi des élèves, de l’accueil et de l’écoute des jeunes, de la surveillance et des missions d’animation et d’accompagnement éducatif dans l’enceinte des établissements scolaires;

Une réelle formation sur le temps de travail de niveau bac + 2 avec le statut de fonctionnaire stagiaire donnant lieu à un diplôme reconnu;

Une reconnaissance des qualifications acquises dans le cadre de la VAE ;
Des recrutements massifs d’AED, par le Rectorat et non plus par le chef d’établissement, afin de pallier le manque de personnels en vie scolaire et la précarité permanente des contrats courts ;
Une augmentation significative des traitements (400€ soit 90 point d’indice)et le versement de primes REP, REP+ et Covid ;
Un service de 32H sur les 36 semaines de l’année scolairepour l’internat, le paiement et la comptabilisation de la totalité des heures de nuit et la compensation financière des heures fractionnées;
Un statut permettant réellement la poursuite d’études avec des horaires adaptés.