Le droit de grève pour les AED

La grève reste, encore et toujours, l’arme des travailleuses et des travailleurs pour défendre leurs droits. Les AED ont, par leur fonction dans un établissement scolaire, un pouvoir de blocage sans doute sans égal dans l’Éducation nationale en cas de grève. La CGT Educ’action fait le point sur les principaux éléments à connaître pour l’exercice du droit de grève.

Qui peut faire grève ?

Les AED, comme les autres salarié·e·s, ont le droit de faire grève, quel que soit leur statut ou leur affectation. Ce droit est constitutionnel.

Dans la fonction publique, la grève est conditionnée par le dépôt d’un préavis de grève. La CGT Educ’action dépose au niveau national un préavis qui couvre l’ensemble des personnels pour tous les jours de l’année (nuits comprises). Cela permet notamment aux AED de se mettre en grève rapidement et à tout moment, sans enfreindre la loi.

Si vous subissez des pressions, contactez-nous.

La grève à l'internat

La grève commence avec la prise de service, la veille au soir du jour précédant la grève, et se termine 24h plus tard.

Faut-il se déclarer gréviste ?

Les AED n’ont aucune obligation à se déclarer gréviste avant la grève auprès de l’administration ou du service de vie scolaire. On ne peut donc pas vous reprocher d’avoir exercé votre droit de grève.

Après la grève, c’est à l’administration qu’il revient de constater votre absence. Vous n’avez pas de document à remplir ni d’obligation à répondre à une quelconque enquête de l’administration.

Quel retrait de salaire ?

La retenue sur salaire est de 1/30e de la rémunération mensuelle par jour de grève, quel que soit le nombre d’heures travaillées.

CGT Éduc'action Clermont-Ferrand