DROIT DE GREVE pour les AESH

Que je sois en CDD, CDI AESH, j’ai le droit, comme tout·e salarié·e, de me mettre en grève.
Point 7 du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 : Articles L.2512 à L.2512-5 du code du travail
Circulaire FP du 30 juillet 2003

J’ai le droit de faire grève que ce soit un jour où j’accompagne l’élève en classe comme un jour d’examen ou de sortie lorsqu’un un préavis a été déposé. Pour info, la CGT dépose des préavis permanents.

Est ce que je suis tenu de prévenir? NON je ne suis pas tenu·e d’annoncer que je fais grève, je peux le faire par prévention envers mes élèves mais je peux le faire par prévention. Je n’ai pas de document préalable à remplir même dans le 1er degré, il n’y a que les PE qui soient dans l’obligation de faire une intention préalable.

Quel montant de salaire retenu ? Je suis donc personnel de la fonction publique.
Pour les agent·es de l’État, la retenue se fait selon la règle du trentième indivisible. Pour chaque journée ou même pour chaque fraction de journée non travaillée, 1/30ème du traitement mensuel est retenu. Ainsi, si j’ai été absent·e pour grève quelques heures ou une journée, 1/30ème du traitement sera retenu. Attention dans les collègues de certains établissements ou des syndicats organisent des caisses de grève dans certaines conditions, c’est le cas de la CGT Educ’action dans l’académie de Clermont, prenez contact avec nous.

Si je ne fais pas grève ? Je me rapproche du ou de la coordonnatrice.teur PIAL. Les DSDEN fonctionnent différemment et certaines exigent une présence de l’AESH si le service minimum est assuré. Je prends de toute façon attache auprès du Pial pour signaler que mon école ou mon établissement est fermé.

Conclusion
Lorsqu’un préavis de grève a été déposé par un ou plusieurs syndicat·s, je choisis librement d’exercer mon droit de grève que ce soit un jour de service habituel ou un jour d’examen.
Personne n’est censé se servir de moi ou m’utiliser en voulant m’employer pour essayer de casser un jour de grève ou pour me donner des tâches qui ne relèvent pas de mes missions. De même, personne n’est censé m’influencer, exercer une quelconque pression sur moi pour m’empêcher de faire grève en me prétextant, par exemple, que je suis indispensable pour mon ou mes élève·s.
Je suis un·e citoyen·ne libre de choisir d’exercer ou non ce droit.