Mobilisation du 1er juin 2022 des étudiant·e·s de M1 MEEF : des avancées qui en appellent d’autres

Grâce à la mobilisation des étudiant·e·s de M1 MEEF rassemblé·e·s mercredi 1er juin avec leurs soutiens, le Rectorat s’est engagé à proposer 20 contrats d’alternance supplémentaires soit 86 contrats au total pour 207 personnes actuellement inscrites en M1 MEEF.

Une avancée qui reste insuffisante

En comptant les étudiant·e·s qui cesseront la formation (le plus souvent suite à un stage décevant) et celles et ceux qui préfèrent poursuivre le M2 dans le cadre de la pratique accompagnée, c’est à peine un·e étudiant·e sur deux qui aura la possibilité d’obtenir l’année prochaine un contrat d’alternance pour la 2e année du Master. La revendication initiale était pourtant que chaque étudiant·e qui le souhaite puisse obtenir un contrat d’alternance.

La modestie de l’offre de contrats proposée par le Rectorat est d’autant plus surprenante au vu de la pénurie généralisée de personnels et notamment de remplaçant·e·s. Comment croire que le Rectorat souhaite se priver d’une main d’œuvre volontaire (et peu coûteuse…) à l’heure où tant d’heures d’enseignement et d’encadrement éducatif ne sont plus effectuées, notamment à cause des difficultés de recrutement ? Il est encore possible – et souhaitable – que le Rectorat revoie sa copie.

La CGT Éduc’action exclue de la délégation au Rectorat

L’union académique de la CGT Éduc’action Clermont-Ferrand dénonce le choix des « délégué·e·s représentant·e·s » d’exclure de la délégation au Rectorat la CGT Éduc’action, sans que cette exclusion soit dénoncée par la Fage, le Snes-FSU, le Sgen-CFDT et le Se-Unsa qui ont participé à l’audience. Notre syndicat a pourtant défendu depuis le début la mobilisation des étudiant·e·s pour obtenir davantage de contrats d’alternance en M2. Il nous a été reproché d’avoir essayé d’imposer la question de la réforme de la formation initiale dans cette mobilisation. C’est précisément l’inverse que nous souhaitions puisque le communiqué de presse1, rédigé par les seul·e·s délégué·e·s représentant·e·s, y faisait référence… de manière positive ! Notre proposition de retirer le soutien à la réforme, qui semblait faire consensus au regard des positions des organisations syndicales présentes (y compris la Fage2, représentée localement par la FedEA), a été refusée sans explication.

Il est crucial que les étudiant·e·s de M1 MEEF sachent que de telles pratiques, inhabituelles dans notre académie et sources de division, sont faites en leur nom. La CGT Éduc’action reste convaincue que l’unité la plus large, la démocratie à la base et la confrontation constructive des idées revendicatives restent des conditions indispensables à toute victoire. Elle continuera de se battre pour une entrée dans le métier digne de ce nom, comprenant entre autres l’admission et l’admissibilité au niveau L3 suivie par deux années de master rémunérées en qualité de fonctionnaire-stagiaire.

Clermont-Ferrand,
Lundi 6 juin 2022

1https://cgt-education-clermont.fr/wp-content/uploads/2022/06/CDP-INSPE-3.pdf

2https://www.fage.org/news/actualites-fage-federations/2019-03-06,fage-formation-des-enseignants-reforme-concours-education-nationale.htm