Journée de grève du 10 novembre

Toutes et tous mobilisé.e.s !

À l’appel de l’intersyndicale (CGT Éduc’Action, FSU, SUD Éducation, FO) et avec le soutien de la FCPE, nous étions nombreuses et nombreux en grève ce mardi 10 novembre pour dénoncer les incohérences ministérielles en cette période de crise sanitaire élevée et l’imposture que représente le Ministre de l’Éducation nationale qui met volontairement en danger élèves et personnels car incapable de prendre les mesures nécessaires pour assurer à la jeunesse et à l’ensemble des personnels une protection optimale dans le cadre de leur travail. Classe surchargée, distanciation physique impossible, dédoublement pas systématique, manque cruel de moyens matériels et humains, protections inadéquates (notamment pour les AESH)…les raisons étaient donc très nombreuses de dénoncer l’inconséquence du Ministère de l’Éducation nationale et du gouvernement. À cette occasion, des camarades de la territoriale et de la santé se sont également joints à la mobilisation afin de démontrer de manière plus globale la gestion calamiteuse de la crise sanitaire par celles et ceux qui nous gouvernent ! 

Action symbolique devant le Rectorat de Clermont-Ferrand

À 10h30 un rassemblement s’est tenu devant le Rectorat de Clermont-Ferrand et une action symbolique a été organisée afin de démontrer l’impossibilité de faire respecter la distanciation physique dans des classes de plus ou moins 30 élèves. Une délégation intersyndicale a ensuite été reçue en audience à laquelle le Recteur, pour une fois, avait fait le déplacement. Les différentes organisations syndicales, dont notre co-secrétaire académique Frédéric Campguilhem, n’ont pas manqué de rappeler au Recteur le mépris sans limite qui s’abat sur l’ensemble des personnels et demander que de véritables mesures drastiques soient mises en place pour assurer à chacun et chacune une protection optimale. Rappelons que le milieu scolaire a représenté un tiers des clusters de notre pays avant les vacances scolaires, une information qui visiblement n’a pas été jusqu’aux oreilles de Jean-Michel Blanquer. Le protocole sanitaire dit “renforcé” n’est en réalité qu’une vaste imposture ! 

Pris de parole de Sophie Brutus, co-secrétaire départementale
Réaction de Frédéric Campguilhem, co-secrétaire académique, après l'audience au Rectorat