Grève des AED du 30 mars : le Rectorat reste sourd aux principales revendications, le combat doit continuer !

De nombreuses vies scolaires ont été perturbées ou fermées dans le Puy-de-Dôme mardi 30 mars, jour de grève des AED pour faire entendre leurs revendications au moment où le groupe de travail académique se réunissait (en visio-conférence). Certaines d’entre elles ont rejoint le rassemblement devant le Rectorat à partir de 9h (voir les articles de La Montagne ou de Mediacoop).

De nombreux AED étaient également en grève dans tout le pays la semaine du 22 mars, notamment dans l’Allier avec plus de 100 personnes réunies à Montluçon jeudi 25 mars. Le Rectorat de Clermont-Ferrand, tout comme le Ministère, reste une nouvelle fois sourd aux principales revendications portées par les AED et leurs organisations syndicales pour améliorer les conditions de travail et d’emploi. Aucune avancée réelle n’a été obtenue sur la durée des contrats, le sous-effectif de certaines vies scolaires, les primes (Rep/Rep+, Covid) ou encore la lutte contre certains abus (pressions hiérarchiques, missions des AED…). La seule avancée envisagée à ce stade par le Recteur concernerait les formations, mais là encore rien n’a été proposé et encore moins décidé.

Le mépris ne peut plus durer. La CGT Educ’action, aux côtés des AED en lutte, ne lâchera rien car les revendications sont légitimes. Dans l’immédiat, nous demanderons une audience intersyndicale au plus vite auprès du Rectorat. Il est donc crucial de répondre à notre enquête syndicale (le formulaire est ci-dessous) pour mesurer le plus précisément possible l’ampleur de la grève du 30 mars.

Nous appelons d’ores et déjà à soutenir l’initiative portée par la Coordination nationale des collectifs AED pour le mois de mai.

La CGT Educ’action 63

Grève des AED du 30 mars : enquête syndicale

Toutes les informations transmises ici sont anonymes et confidentielles.
Exemple : collège Blaise Pascal (Clermont-Ferrand)
Si oui, merci de nous laisser un contact (mail ou téléphone).
Si oui, merci de nous laisser un contact (mail ou téléphone).
Vous pouvez ici nous faire remonter vos problèmes locaux ou vos revendications.